Penurie d'eau potable dans plusieurs quartiers de Goma

Penurie d'eau potable dans plusieurs quartiers de Goma

L'eau constitue un véritable problème de santé publique dans la ville de Goma, dans certains quartiers plus que dans d'autres. L'eau est parmi les besoins les plus élémentaires d'une personne humaine. La population peine à s'en à procurer pourtant. Les enfants d'environ moins de 15 ans d'age parcourent les rues à la recherche de cette denrée rare.

Depuis plusieurs années maintenant, il s'observe une pénurie d'eau potable fournie jadis par la société Regideso dans plusieurs quartiers de la ville de Goma. Certaines personnes passent la moitié de la nuit à des bornes fontaines dans l'attente de voir l'eau potable couler des robinets et d'autres se dirigent carrément chaque jour au lac Kivu a la recherche de cette denrée rare. Parmi eux, des enfants de moins de 15 ans. En vacances depuis le mois de juillet, on les aperçoit, parcourir des kilomètres sous un soleil de plomb, bidon à la main ou au dos jusqu'à leur domicile.

Si pour le quartier Himbi, Katindo, Virunga et Mabanga la vente de l'eau potable se fait par les particuliers qui font le tour à vélo avec des bidons contenant l'eau chlorée ou pas, les quartier Majengo et Ndosho ont a leur façon réfléchir comment endiguer ce problème à travers des tanks et des camions qui amènent de l'eau dans ces quartiers pour les revendre par litre à un prix élevé.

Par exemple à Majengo, quartier situé au nord de la ville de Goma dans la commune de Karisimbi, on observe plusieurs personnes dont la plupart des enfants parcourir des kilomètres à pieds pour s'en approvisionner dans les quartiers d'à côté. Pour pallier à la carence d'eau dans ce quartier, la population a déjà aiguisé son génie. Certaines organisations par apologie de bonnes œuvres caritatives allouent de gros véhicules tanks pour transporter l'eau du lac Kivu vers les différentes bornes citernes qu'elles mettent à la disposition de la population. D'autres en ont déjà fait une activité commerciale. Ils transportent de l'eau sur de vélos et une fois à Majengo, les prix sont majorés. Un bidon qui s'achète à 100 Fc peut aller jusqu'à 500 Fc.

"Nous avons assez et nous voulons que l'eau, qu'on nous amène ici de l’eau, pourquoi nous payons toutes ces taxes mais nous ne sommes pas desservis en eau potable ?" s'interroge un habitant de ce quartier.

La moyenne d'utilisation d'eau journalièrement dans un ménage est de 40 Litres par ménage, ceux qui n'ont pas la capacité financière de se procurer cette quantité d'eau, attendent parfois la bénédiction de la pluie pour puiser l'eau de la pluie peu recommandable pour l'usage par des impératives santés.

David Lupemba