RDC : Le mouvement international She Decides veut briser les mythes et revaloriser la jeune fille mère congolaise.

15 Views

Pourtant jusqu’à ce jour la jeune mère congolaise semble être ignorante de ses droits au détriment des devoirs qui du reste paraissent multiples et sont connus presque par tout le monde, ce déséquilibre favorise à ce que la jeune mère soit alors victime de plusieurs abus et violations contre elle sans savoir à quel saint se vouer pour revendiquer ses droits.

Par Fidele Kitsa https://twitter.com/fidele_kitsa

C’est ainsi qu’un mouvement international a vu le jour à Goma, ville située à l’Est de la République Démocratique du Congo depuis samedi 13 avril 2019 pour amener la jeune fille et la femme congolaise à s’engager dans la lutte contre les normes et pratiques discriminatoires contre elle dans son milieu.

Tout d’abord, peu avant son lancement officiel le mouvement SheDecides qui réunit différentes structures locales d’encadrement des jeunes dont font partie Youth Care et YEC-DRC que coordonnent respectivement Joëlle Koko et Divin Adamo avait réuni plus d’une centaine des jeunes mères a Sake, cité située a près de 30 kilomètres de Goma pour les apprendre, dialoguer et partager avec elles les expériences sur ce que signifie en réalité être une jeune mère contrairement aux stéréotypes qui se sont imposées dans la société avec une mauvaise conception de la jeune mère.

Cette rencontre a Sake était aussi une occasion pour les paires éducateurs de dialoguer avec les jeunes mères sur divers éléments clés de la maternité sans risque, les droits d’accès aux services de planification familiale, des stratégies pour mettre fin à la grossesse à l’adolescence surtout celle liée au mariage précoce et forcé mais aussi aux violences sexuelles

Jeune mère sensibilisée a Sake

« Apres cet échange franc et sincère, nous disposons des connaissances suffisantes sur la santé sexuelle de la reproduction, prendre connaissance de nos droits et devoirs, lutter contre les pratiques et normes discriminatoires dans notre milieu contre nous femmes et voir comment travailler ensemble pour lutter contre les violences basées sur les genres et acquérir des connaissance sur la planification familiale, comment prendre soin de notre foyer tout en étant capable de revendiquer nos droits grâce à la séance de sensibilisation aux quelles nous avons pris part » a dit une jeune mère sensibilisée

A sake la présidente du panel des jeunes Lorence Kabasele a précisé qu’il était important de partager avec ces filles et femmes sur les vrais problèmes qu’elles traversent.

Lorence Kabasele ,présidente du panel des jeunes.

« Nous sommes allé à Sake, 30kms de Goma pour discuter avec la jeune fille mère par rapport aux questions liées à sa santé sexuelle et reproductive, aux normes discriminatoires qui se font dans leur milieu, nous sommes satisfaites car dans cette cité les filles mères nous ont parlé de leur vrais problèmes et nous ont fait des recommandations, nous irons prochainement dans d’autres territoires du Nord-Kivu » 

Un nouveau mouvement pour briser les mythes sur les jeunes mères et défendre les droits des filles et femmes

Samedi 13 avril, lors du lancement officiel de She Decides des autorités politico administratives, policières et militaires, des organisations féminines intervenant dans la défense et la protection des droits de le femme , la société civile, les artistes musiciens et journalistes ont pris l’engagement d’apporter leur apport par rapport aux droits des femmes et les violences basées sur le genre.

Des engagements venus de partout pour accompagner la femme dans ses démarches

Intervention de Nelly LumbuLumbu, activiste des droits des femmes au Nord-Kivu

Nelly LumbuLumbu, activiste des droits des femmes : « Pour moi c’est un engagement de tous les jours, c’est encore une fois l’occasion de m’engager suffisamment pour accompagner les jeunes filles afin de combattre aussi les violences basées sur le genre. »

Opj Saleh Safari entrain de lire l’engagement de la Police de protection des enfants et de la femme et contre les violences sexuelle

«Aujourd’hui on a diminué le taux des violences basées sur le genre, notre souhait est de voir la RDC jadis appelée capitale mondiale du viol et des VBG change de nom pour ne plus être appelée ainsi.» a dit l’officier de la police judiciare Janvier Safari

Le combat de ce mouvement dénommé She Decides reste à amener tout le monde à s’engager dans la lutte contre les normes et pratiques discriminatoires et que chaque fille et femme soit à mesure de décider sur ce que sera son corps, et par rapport à sa vie, pour enfin avoir un monde meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *