Nord-Kivu: D’un conflit minier à communautaire, la société civile monte au créneau à Rubaya

13 Views

Par FKitsa https://mobile.twitter.com/fidele_kitsa

La situation sécuritaire à Rubaya, entité située au centre du territoire de Masisi au Nord-Kivu inquiète de plus en plus les organisations de la société civile locale qui se prononcent au jour le jour.

Des blessés tout comme des morts sont déjà enregistrés il y’a de cela des mois dans un conflit qui opposait les creuseurs artisanaux de la société minière de Bisunzu (SMB) à ceux de la coopérative d’exploitants miniers artisanaux (Coperama) qui se disputaient un carré minier.

Pour éviter un bain de sang ,les organisations de la société civile alertent les autorités congolaises à s’investir dans ce dossier en prenant des mesures urgentes avant que la situation ne s’empire davantage.

A travers une déclaration rendue publique le 12 juin 2019, le cercle national de réflexion sur la jeunesse en République Démocratique du Congo CNRJ- RDC a exprimé son inquietude de voir ce conflit minier se transformer en conflit communautaire.

Le président de cette organisation non gouvernementale Jean-Claude Buuma Mishiki indique que des nombreuses violations des droits de l’homme ont été enregistrées perpétrées par les forces de l’ordre ayant occasionné la mort de 3 creseurs le dimanche 2 juin 2019.

« Depuis plusieurs années, nous avions constaté que de nombreuses personnes ont été tuées et des violations graves de droit de l’Homme ont été commises par les parties en conflit. Le CNRJ-RDC, déplore le fait que les forces de l’ordre, n’ont pas assez protégé les civils à chaque fois que des manifestations sont organisées autour des zones minières à Rubaya ; les cas récents c’est la tuerie de 3 manifestants ce dimanche 2 Juin 2019 où les éléments de la Police des mines ont tiré à bout portant sur les manifestants. Une situation pareille ne devrait pas être traitée avec autant de légèreté, les autorités tant nationales que provinciales devraient mobiliser toutes les énergies pour que l’exploitation minière de Rubaya puisse être une richesse au développement de la Nation et non une source des conflits» a déclaré Jean Claude Buuma Mishiki, Président de l’ONG CNRJ-RDC.

Le Centre National de Réflexion sur la Jeunesse en RDC plaide pour le respect du code minier et des lois du pays pouvant aider toutes les parties prenantes à régler leurs différends sans recourir à la violence et à l’ouverture des enquêtes sérieuses et indépendantes pour que soient traduit en justice tous ceux qui ont facilité à la violation des droits humains dans ce site minier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *