Goma: Des centres de formation, un deal pour se taper de l’argent ?

164 Views

À Goma des centres de formation foisonnent. Pendant les vacances, chaque école se transforme en un lieu de formation de langues et de disciplines. Les formateurs dont la plupart ne sont que des universitaires et élèves, enseignent plusieurs langues comme l’anglais, le mandarin, l’espagnol, le portugais et certaines disciplines de la vie comme la comptabilité, le journalisme, l’informatique, l’économie…

Je n’ai jamais vu à l’université un seul professeur dispenser plus de 4 cours à la fois. N’ayant aucune qualification requise et aucun diplôme académique, comment les formateurs peuvent-ils enseigner autant de langues et de sciences ?

Comment osent-ils faire ce que même des éminents professeurs d’université ne peuvent pas ? Pour devenir économiste, juriste, journaliste ou comptable il faut passer au minimum 3 ans à l’université. Une période de 2 mois ne suffit pas pour produire des élites ou des cadres dans un tel domaine. Je pense que c’est le chômage et la pauvreté qui sont à la base de cette manoeuvre bluffeuse.

La situation de sous-emploi, c’est la racine de tous les maux.

Lisez nous, le taux de chômage est très élevé, chaque année on envoie sur le marché d’emploi de milliers de jeunes en quête d’emploi. Sur ce marché, il d’observe un déséquilibre significatif entre les offreurs et les demandeurs d’emploi. Les jeunes ne sont pas socialement intégrés dans la société, leur droit au travail reste méconnu, c’est pourquoi ils ne rechignent pas de s’impliquer dans le secteur informel pour gagner leur vie.

Au royaume des aveugles les bornes sont rois.

La plupart des apprenants sont ceux qui n’avaient pas fourré les pieds à l’école et qui, à un âge avancé veulent rattraper le temps perdu. Ils prennent leurs formateurs pour de petits savants. En échange des matières dispensées, les apprenants donnent de l’argent aux formateurs.

L’entrepreneuriat est la seule manière de résorber le chômage au pays. Aussi longtemps que les jeunes ne s’impliqueront pas massivement dans l’entrepreneuriat, le taux de chômage restera élevé.

En accordant des subsides ou subventions aux petites entreprises, l’Etat jouera tant soit peu dans la diminution du taux de chômage.

Pensez-vous que le nouveau gouvernement saura faire face au problème de chômage ?


Gustave Katsuva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aviez-vous lu ça?