RDC: Julien Byanama s’est servi de ses 25 mille francs congolais pour lancer son business à Goma

RDC: Julien Byanama s’est servi de ses 25 mille francs congolais pour lancer son business à Goma

JulienByanama

Pendant que certains jeunes s’adonnent a des jeremiades, de cris de désespoir par rapport au manque d’emploi au pays espérant a tout prix travailler dans des bureaux climatisés des services étatiques après leurs études d’autres se sont retirer de la liste de ces jeunes-là en réfléchissant autrement, plus question des jérémiades telles que il n’y a pas d’emploi dans ce pays, nous jeunes souffrons du chômage, l’état ne s’intéresse pas à la jeunesse et doit chercher du boulot pour elle mais plutôt se sont lancés dans des activités rémunératrices. Par Fidèle KITSA https://twitter.com/fidele_kitsa

Le coucher du soleil approche, nous sommes au rondpoint Tshukudu, site touristique qui attire plus d’une personne qui pour la première fois arrive à Goma à travers, devenu célèbre pour ce monument a la forme d’une trottinette poussée par un jeune expliquant le labeur des fils de cette province, nous rencontrons un jeune âgé de 20 ans qui, dit-il a fait le tour de presque tous les quartiers de la ville depuis le matin tout juste à la recherche des clients de ses produits.

Apres avoir obtenu son diplôme d’Etat au cours de l’année scolaire 2017-2018 et ensuite intégré pour trois mois un centre de formation en Anglais pour apprendre cette langue qui ne cesse de prendre une autre allure dans la région par son influence comparativement à la langue française, le jeune Julien Byanama refusant de rester à la maison croiser les bras, s’est décidé avec ses 25 milles francs congolais lancer son business en sillonnant tous les coins et recoins de Goma, dans sa main un carton des baumes assemblées a la marque Confo.

Bienveillant et pendant qu’il fait le marketing de ses produits en marchant, il s’arrête et accepte de nous partager son expérience entrepreneuriale.

« Lorsque j’avais eu mon diplôme d’Etat en pédagogie générale, ma famille était incapable de me supporter jusqu’à l’Université par manque des moyens financiers, c’est ainsi que je me suis oriente a un centre de formation en Anglais parce que là c’était moins cher et je savais qu’actuellement cette langue est en train de s’imposer dans le monde. Je n’ai pas voulu rester à la maison sans rien faire voilà pourquoi après avoir fini le premier niveau, j’ai cherché 25 milles francs congolais pour commencer un business et je ne savais pas ce que je vais faire, j’ai partagé le désir avec un ami qui m’a précisé que dans le commerce des baumes il y a du bénéfice, c’est ainsi que je me suis lancé mais avec des doutes de perdre cette somme d’argent qui était mon seul espoir. »

JulienByanama2

Julien Byanama dit avoir bénéficié en deux semaines seulement plus de 15 dollars américains comme profit hormis 5 mille francs congolais que détient le caissier de leur ristourne sans tenir compte des dépenses journalières.

Son business demande du courage, la détermination et la persévérance malgré les découragements qui viennent de toute part voir même des intimidations des services d’hygiène nous a dit avec un sourire d’espoir ce futur commerçant inspiré par les richissimes du monde tels que Moise Katumbi, Aliko Dangote qu’il maitrise a cœur.

Julien Byanama qui se réveille a 6heure du matin pour parcourir les 18 quartiers de Goma de Birere lieu où se trouve son logis jusque les quartiers Ndosho ,Majengo et Kyeshero invite les jeunes de son âge a l’autoprise en charge en se lançant dans le business à travers le peu de moyen financier qu’ils possèdent.