Opinion

Tueries au Nord-Kivu : Un fils de Beni donne sa lecture de la situation

291vues

La situation sécuritaire à Beni préoccupe plus d’une personne, des messages de compassion à l’endroit de cette population meurtrie fusent de partout, des stratégies militaires sont renouvelleea au jour le jour pour mettre fin à l’aventure des présumés rebelles ougandais de l’ADF.

Face aux massacres des civils ce dernier temps, la population en colère manifeste, depuis presqu’une semaine une vive tension règne à Beni où la population réclame le retour de la paix mais aussi le départ immédiat de la Monusco, accusée d’impuissante et inactive face aux incursions des Adf.

Un fils de Beni et coordinateur adjoint du mouvement « Génération Positive RDC» qui vise un changement positif au sein de la communauté a dans une tribune parvenue à Congosauti d’éploré certaines réalités mesquines qui se font à Beni.

Tout en compatissant avec la population locale , Me Serges Kamabu dénonce la main noire qui se cacherait derrière ces manifestations qui ont pris une autre allure en affectant petit à petit la ville de Goma.

Face à tous ce qui se passe à Beni, Serges Kamabu donne son analyse par rapport à ce que pourra devenir Beni si une fois ces actes continuent mais donne aussi des voies de sortie de la crise.

Voici l’intégralité de l’ analyse du coordinateur adjoint du mouvement Génération positive RDC, Me Serge Kamabu.

Présentation des condoléances aux personnes victimes de ces affres qui endeuillent la population depuis 5 ans.

En tant que fils de Beni, la ville et le territoire qui m’ont vu grandir, je suis consterné par ces massacres qui nous endeuillent chaque jour. Je profite donc de l’occasion pour présenter mes condoléances à toutes les familles qui ont perdu les leurs en soulignant que j’ai déjà été moi-même victimes de cette barbarie des présumés adf en perdant plus de 5 membres de ma famille qui ont été soit emporté et non retrouver et/ou tués. C’est donc une peine que je partage avec toute la population du territoire de Beni et de la ville.

Dénonciation de la main noire derrière la situation qui prévaut à Beni ville et territoire et qui malheureusement vient d’affecter la ville de Goma.


En tant qu’acteur du changement positif, je dénonce une manœuvre de certains hommes politiques et élus de surcroît qui malheureusement joue au jeu de l’ennemi. Ici je parle d’un conglomérat des personnes mal intentionnés qui se sont fait élire sur base des promesses fallacieuses d’apporter la paix et qui malheureusement arrivé au sommet de l’état constatent qu’une situation de paix ne se décrète pas dans une région.

Ainsi, ils organisent des jeunes, profitant de la situation de désarroi pour contribuer à la campagne de désolidarisation de la population avec l’armée qui est engagé dans le combat en profondeur du territoire.

Je vais m’expliquer, l’ennemi qui est poursuivi ne sachant pas comment survivre après les pertes doit chercher un moyen de ralentir son adversaire et malheureusement cet ennemi vient se rabattre sur population civile pour déconcentrer l’armée qui est obligé de faire un repli pour la sécurité des populations civiles. Ainsi donc, persisté dans les troubles que l’armée doit calmer profite à la réorganisation de l’ennemie.
J’en appel donc à la conscience de ceux qui paient des meneurs pour perturber l’armée engagé dans le combat et récupérant malencontreusement la situation comme étant ceux qui sont du côté de la population à ne jouer au franc jeux. J’invite ces gens à abandonner la politique du pyromane pompier car la population a plutôt besoin de la paix.

Et cette paix ne passe que par la concentration de l’armée au front et non pour calmer les manifestants.
Par ailleurs ici je demanderai à notre armée de bien vouloir créer une ceinture de sécurité pour sécuriser la population pendant les opérations.

Dossier départ de la Monusco

Nous savons tous qu’en étant la mission la plus chère au monde la Monusco est aussi une mission qui a trop duré. Il est évident qu’à premier vue, la population décrie l’inefficacité de son contingent déployé depuis longtemps au Congo. Je rappelle cependant que ce contingent est lié par l’accord sofa et que ce pour cette raison que les nations unis ont résolu de créer la force d’intervention qu’on a vu à l’œuvre lors de la défaite du m23. Sur cette question je propose que l’on renforce cette brigade d’intervention qui est engagée aux côté des fardc dans le front et qui lui vient en appuis logistique et renseignements.

Car il faut le dire, pour ceux qui ne connaissent pas où le front a lieu, c’est dans la forêt ou il y a pas des routes et que donc le soutien aérien de cette brigade d’intervention est nécessaire pour les militaires aux front qui sont ravitailles et évacuer que par les airs.
Ma proposition est que les contingents devront être diminué si pas quitté le pays et que seule la brigade d’intervention qui a l’autorisation de combattre doit être maintenu Et renforcer en logistique.

Et donc nous ne devons pas tomber dans le jeu de l’ennemi mais nous devons encourager un mariage entre l’armée et ses partenaires avec la population pour vaincre l’ennemi. Comme je le disais au début je partage la douleur de la population qui se voit massacrés.

Piller et casser ou brûler nos bien ne va pas résoudre la crise mais par contre nous risquons de donner une brèche à l’ennemi qui est en mal de positionnement de profiter de la confusion pour se réorganiser.

Couvre-feu décrété par le gouvernement provincial

La mesure du couvre-feu décrété par Son Excellence Monsieur le Gouverneur Carly NZANZU KASIVITA, il faut peur être bien l’expliquer à la population. C’est un bon couvre-feu où la population va participer. Et c’est une mesure conservatoire pour le rétablissement de l’ordre public. Les jeunes se joindront à la police et à l’armée pour effectivement travailler ensemble. Je comprends l’inquiétude de la jeunesse. Mais il faut le dire, tout le monde doit donner son coup de pouce pour que la paix revienne chez nous.

J’irai loin en demandant que tous deviennent des agents des renseignements. On doit savoir qui est son voisin. Et ce qu’il fait. Ça vaut pour notre sécurité. Et je suis sûr que les dispositions ont été prise par le gouvernement Carly pour que ce couvre-feu ne dure pas longtemps, qu’il porte ses fruits et que la population y retrouve la paix.

Je fini en appelant les jeunes de la province du Nord-Kivu à la paix. Nous ne devons pas jouer au jeu de l’ennemi qui déconcentre les troupes au front et qui en profite pour se réorganiser.

Soutenons l’armée et la brigade d’intervention qui, jusqu’à présent font un travail significatif de trac des rebelles en profondeur. Nous ne devons pas rompre le mariage avec l’armée, c’est effectivement la ruse de l’ennemi. Nous devons le vaincre par tous les moyens.
A la Monusco, je demande le renforcement de la brigade d’intervention, qui elle, a le mandat offensif conformément au chapitre 7 et de diminuer si pas rapatrier les contingents qui n’ont pas de mandat offensif qui sont considéré comme des touristes en RDC.

Laisser un commentaire