Société

Les nouveaux étudiants méritent un bon accueil académique

96vues

Alors que le phénomène dit «  Bleusaille » a déjà été interdit, les nouveaux étudiants continuent à être soumis à certaines pratiques pour être intégrer dans le monde académique. Cela est remarquable dans plusieurs universités de Goma depuis le 15 octobre à la rentrée de l’année académique 2019-2020.

Vous connaissez peut être le concept « Boulet » si vous avez fréquentez le monde universitaire congolais. C’est le terme désignant les nouveaux étudiants.

En effet, la date du 15 Octobre est historique pour les nouveaux étudiants fraîchement diplômés d’État, car c’est la rentrée académique. Ils sont accueillis dans le monde universitaires par les «Poils» (Anciens étudiants). Mais, chaque université ou institut supérieur a sa manière d’acceuillir les boulets et les intégrer.

« Nous sommes obligés d’arriver à l’université à 6h15 au plus tard, celui qui n’est pas là reçoit des fouets et des gifles à son arrivé » nous dit un étudiant d’une université de la place, aussi ajoute-t-il, on nous a exigé de venir «  tête rasé sans aucun cheveux ».

Dans un institut supérieur, nous avions vu les nouveaux venir en tenu uniforme exigée la veille par les ainés. A la question de savoir pourquoi maltraiter les nouveaux, un brigadier a rétorqué «  c’est pour leurs enlever la mentalité du secondaire ».

La bleusaille continue dans certaines universités

« Nous qui sommes boulets, sommes vraiment harcelés, à chaque fois que le comité estudiantin entre dans la classe, nous devons être sous les bans car la brigade nous dit que nous n’avons pas le droit de voir les membres du comité. » a déploré un étudiant.

Tout en conditionnant ces réponses sous anonymat, il également révélé qu’on a obligé à tout l’auditoire avec un effectif estimé à plus d’une centaine d’étudiants à sucer un seul bonbon: « Ils disent que cela est un signe d’unité. »

C’est vraiment dommage qu’un lieu qui est sensé inculquer du savoir se confonde en un lieu de harcèlement. Je n’ai pas cru à mes oreilles quand j’écoutais les chants immoraux que les nouveaux étudiants chantaient.

Il est important de changer la façon d’accueillir les nouveaux, cela peut se faire par des cérémonies d’intégration dans lesquelles les ainés peuvent expliquer les facteurs de réussite à l’université, le pourquoi du choix d’une faculté et de la morale.

Isse Sivamwanza Albert

Laisser un commentaire