Actualités

« L’écrivain est le porte-parole de sa communauté » :Poète Guillaume Bukasa

238vues

Ce jeudi 7 novembre est la journée dédiée à l’écrivain africain. A Goma, l’Union des écrivains du Congo (Ueco/ Nord-Kivu) et l’organisation Badilika l’ont célébrée dans la salle de l’exposition de l’Institut Français où ils ont fait une conférence débat sur thème le thème « Littérature en Zone des conflits ». Sur place les livres des écrivains de Goma étaient aussi vendus.

Le poète Guillaume Bukasa estime que le rôle de l’écrivain est de panser les blessures invisibles des personnes qui souffrent au sein de sa communauté.

« l’écrivain est le porte-parole de sa société, il joue le rôle d’archiver dans notre mémoire collective les données de guerres et des conflits et a le devoir de les transmettre aux hommes.» a-t-il dit

Le jeune écrivain Patrick Basham dit avoir constaté que l’écriture dans la ville de Goma est passé vers la phase embryonnaire.

Il a justifié ses propos par le fait qu’il y a des jeunes qui ont mis la littérature au centre de leurs groupes culturels, et pour l’instant les livres les plus lus par les jeunes sont ceux des écrivains congolais.

Les écrivains confrontés â plusieurs défis

Parlant des défis, Patrick Bassham a déclaré que les écrivains sont confrontés à plusieurs problèmes de prise en charge, de production, de promotion d’accompagnement et de mécénat. Il a lance un appel aux jeunes de découvrir la richesse qu’il y a dans les livres.

Signalons que dans le cadre de préparatif de cette journée, l’Union des écrivains du Congo (Ueco/ Nord-Kivu) avait organisé durant trois jours et une semaine, les ateliers littéraires avec près des 21 jeunes locaux, au cours de ces ateliers, les participants ont appris des leçons de la Poésie, de la dramaturgie et de l’art oratoire.

Isse Sivamwanza Albert

Laisser un commentaire