Non classé

Le Choléra, une autre épidémie mortelle à l’Est de la RDC

208vues

Depuis le début de l’année 2019 sont signalés plusieurs cas suspects de choléra dont 390 décès notifiés dans 159 zones de sante de la RDC à la suite de cette épidémie de Cholera. Ce sont les chiffres avancés par l’organisation mondiale de la sante ce mercredi 30 octobre 2019 lors du lancement de la deuxième phase de la campagne de vaccination contre le choléra à Goma par le ministre national de la Santé en présence du gouverneur de province.

Ces cas ont été répertoriés dans au moins 21 de 26 provinces que compte la RDC mais c’est dans les provinces situées à l’Est que le choléra sévit de manière endémique.
Durant les 4 dernières semaines, il a été constaté que l’épidémie de Choléra est concentrée dans 4 provinces, notamment Nord-Kivu, Sud-Kivu, le Tanganyika et le Haut-Lomami mais c’est seulement dans le Nord-Kivu où le cholera sévit presque d’une façon endémique.

La province du Nord-Kivu à elle seule a notifié presque le quart du nombre total de cas de choléra enregistrés au pays depuis le début de l’année avec 4836 cas dont 44 décès, et les zones de sante du littoral sont les plus affectées notamment Goma, Karisimbi et Kirotshe.

Avec ces décès et personnes atteintes de Cholera, cette épidémie s’ajoute à la liste d’une panoplie des épidémies mortelles que connait depuis un temps la RDC notamment Ebola, la rougeole, la peste bubonique et autres.

Elles meurent faute de respect des règles d’hygiène

Des personnes meurent au jour le jour, certains pour n’avoir pas scrupuleusement observé les mesures d’hygiène indiquées et d’autres pour ne s’être pas rendu dans des structures sanitaires à temps.

Dr Ijil Deli, chef de sous bureau de l’OMS au Nord-Kivu qui a parlé au nom du représentant de l‘OMS en RDC Dr Deo Nshimirimana a précisé qu’un plan de riposte est en cours de mise en œuvre, il prévoit la recherche active et investigation de cas, la sensibilisation de la population pour l’adoption des comportements à moindre risque.

Eau potable, assainissement pour enrayer le choléra

« La lutte contre le choléra implique une approche pluridisciplinaire qui associe une réponse en matière d’eau et assainissement et l’adoption des comportements à moindre risque. Les investissements dans le domaine d’approvisionnement en eau potable, de l’assainissement et de hygiène vont suivre et permettre d’éviter de pertes des vies humaines » a-t-il déclaré

Pour lutter contre ce danger public et éliminer le choléra, le vaccin est une solution provisoire qui contribue à contrôler rapidement l’épidémie de choléra.

Au moins 835 182 personnes âgées à partir d’un an et plus seront vaccinées du 30 octobre au 3 novembre 2019 dans les zones de sante de Binza, Goma, Karisimbi, Kaina, Kibirizi, Kirotshe et Rutshuru pour assurer une immunité durable contre le choléra.

Dans plusieurs pays, le moyen efficace pour éradiquer et éliminer choléra est d’améliorer les services d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement et des mesures générales d’hygiène.

Kitsa Tukinalwa

Laisser un commentaire